Historique - Rhums - Punchs - Grogs
D’où vient le mot Rhum ?

Les boucaniers désignaient le sucre : saccharum.
Les pirates anglais parlaient de rumbullion , rum ou rom pour désigner les bombances après batailles.

D’origine indienne, la canne à sucre, la base du rhum, se développe d’abord à Malte, Chypre, Rhodes, aux Canaries. Puis lors de son deuxième voyage, Christophe Colomb introduit les plants aux Antilles ou ils trouvent un climat de prédilection, notamment à Cuba, en Martinique, à la Guadeloupe et en Jamaïque.

Le père Dutertre ouvre les premières distilleries en 1660. Quant à son successeur, le père Labat, il s’établit en 1694 et perfectionne les alambics pour donner de meilleurs produits qui s’exportent aisément en France, trop même, puisque Louis XIV est obligé de contingenter les importations à la suite des protestations des producteurs d’Eau-de-vie français.
Louis XVI assouplit la législation et Napoléon lève toutes les interdictions, car il faut remplir le tonnelet des cantinières et les pharmacies des hôpitaux de campagne.

Les meilleures qualités françaises, sans doute les meilleures du monde, sont représentées par les rhums agricoles obtenus à partir de pur jus de canne, non de mélasses.

Plusieurs distilleries artisanales commercialisent dès le début du XXè siècle en France des bouteilles de punch, c'est-à-dire un mélange de rhum, de sucre de canne, de jus d’oranges ou autres fruits exotiques, et parfois de vanille.

Certaines commercialisent des Grogs, c'est-à-dire du rhum allongé d’eau citronnée.
Le grog est une invention de l’amiral anglais Vernon qui a l’idée d’ajouter de l’eau chaude au rhum pour que ses marins soient moins alcoolisés ! Le mot grog vient du vêtement ''à gros grains'' (tissu grossier) qu’il porte en permanence.
Quant aux bouteilles de ''Grog Américain'', très en vogue entre les deux guerres, elles sont à base de rhum brun allongé d’une solution de sucre de canne, de girofle, de cannelle et de jus de citron.
News
Les dernières bouteilles ajoutées :



Dernière mise à jour :
2017-07-18


Les dernières infos :
Les Editions LAFITTE-HEBRARD: un WHO'S WHO des vins et spiritueux (dernière édition en 1995) Cette collection n'a pas été jugée digne d'y figurer...

Depuis mai 2011, l'ABSINTHE d'avant 1915 renait. La thuyone, principe actif de la plante est à nouveau autorisée jusqu'à 35 mg par litre. La pinocamphone et la fenchone qui donnent à la boisson son goût caractéristique, sont aussi et sans limites, autorisées. Il était temps, les suisses monopolisaient le marché!


Près de 2000 BISTROTS ferment chaque année! Il en resterait aujourd'hui moins de 30 000 contre 500 000 en 1900, et encore 200 000 dans les années 60!
Entre 2009 et 2015, le nombre de cafés-restaurants a baissé de 25%. Seule l'Ile de France conserve ses bistrots.
En 2016, il reste très exactement 34669 bistrots en France...


L'appellation absinthe est désormais protégée par la Suisse. Une IPG Indication Géographique Protégée, protège ainsi les eaux-de-Vie portant les noms d'absinthe, Fée Verte ou La Bleue distillées dans la région de Val-de-Travers (Neuchâtel) qui produit 80% des absinthes suisses.
Les absinthes exclues de l'IPG seront interdites à la vente et à l'exportation!


Les vins, ALCOOLS et SPIRITUEUX, les cidres et poirés et les bières artisanales sont désormais considérés comme patrimoine gastronomique français.
texte de loi 2014 - 1170 paru le 13 octobre 2014.
La collection unique que vous découvrez sur ce site peut ainsi être considérée comme un morceau de notre patrimoine! A protéger.

C'est le 16 mars 1915, tout juste 100 ans, que le parlement français, sous la houlette de Raymond Poincaré, a voté une loi ''relative à l'interdiction de la fabrication, de la vente en gros et au détail, ainsi que la circulation de l'absinthe et des liqueurs similaires''.
Cet alcool fort était alors considéré comme toxique, alors que toutes les classes de la société, délaissant peu à peu le vin et les autres alcools, avaient succombé à la ''Fée verte''.



CETTE COLLECTION PEUT-ÊTRE LOUEE EN PARTIE OU EN TOTALITE POUR DES MANIFESTATIONS DE PRESTIGE.

INFOS:
ENVOYER UN E-MAIL RUBRIQUE CONTACT. brunodeserbriant@vieux-alcools-bistrot.fr