Accueil
Les vieilles bouteilles de nos anciens bistrots de la première moitié du XXè siècle que vous découvrez sur ce site constituent un véritable morceau du patrimoine français. Leurs marques commerciales étaient présentes dans l’univers familier de nos pères et grands-pères. Aujourd’hui, elles sont rares, voire très rares et même sans doute uniques pour pas mal d'entre elles.

A l’icône stylisée par une, deux, trois ou quatre bouteilles correspond un indice de rareté, certes très subjectif, tant le nombre de bouteilles en circulation datant de cette époque est confidentiel.

Depuis 25 années que je les recherche, je suis devenu un expert en ce domaine très étroit. Le métal d’une capsule, l’épaisseur du verre, la forme du col, ou le graphisme de l’étiquette permettent de dater la bouteille avec une faible marge d’erreur.

La France de Verlaine, mais aussi celle de Marius ou de Marcel Cerdan comptait des milliers de distilleries, qui ont donné naissance à des milliers de marques. La grande majorité a aujourd’hui disparu. La seule région Provençale comptait encore près de 300 marques commerciales au lendemain de la seconde guerre mondiale! Seuls subsistent quelques grands groupes (Pernod-Ricard est devenu second leader mondial des alcools et spiritueux) et quelques marques familiales plus ou moins indépendantes.

Ces bouteilles ont été trouvées sur les brocantes, en salles des ventes, dans les caves de bistrots fermés, dans les greniers de vieux tenanciers ou leurs descendants, chez des particuliers. Cette collection est unique en son genre, elle comprend aujourd'hui près de 1300 bouteilles différentes. Je considère qu'elles sont plus précieuses que des bouteilles de Pétrus, produites chaque année à plusieurs milliers d’exemplaires!

Nombre d’entre elles sont encore consommables, notamment s’il n’y a pas eu évaporation et si le degré alcoolique est élevé. Certaines gentianes des années trente ou quarante et certains vieux vermouths sont extraordinaires. De vieilles absinthes (avant 1915) sont généralement divines !

Elles sont toutes d’époque 1900 à 1950, bouchonnées, capsulées (certaines non capsulées d’origine) et étiquetées (peu sont parfaitement intactes et sans tâches). Elles sont étiquetées en langue française exclusivement, servies dans les bistrots français (ou colonies françaises), leur maisons-mère pouvant être étrangères (martini, campari, cinzano…). Leur contenance est très généralement d’un litre, un demi-litre pour certaines.

Quelques unes de ces bouteilles ne sont pas des alcools, mais des sirops de fruits, également présents dans les bistrots. Quelques autres sont des extraits ou concentrés, car les tenanciers de bistrots faisaient parfois leurs propres préparations.

J'ai pour discipline de ne collectionner que les bouteilles françaises, pleines, vierges, dans leur jus disent les antiquaires (avec leur jus conviendrait mieux!). N’ont pas été recherchées les bouteilles dites modernes, lorsque les trente glorieuses ont inventé la capsule à vis (années soixante), ainsi que de nouveaux graphismes sur les étiquettes. Cette collection couvre donc une cinquantaine d'années, un demi-vingtième siècle! Une période de notre histoire riche et troublée qui fut aussi l'âge d'or des bistrots.

Les mignonettes, beaucoup moins rares, constituent un autre domaine de collection, répandu, d’un intérêt différent mais complémentaire.

Les vins français, petits et grands, sont présents sur des centaines de sites Internet. Celui-ci est le seul concernant les bouteilles de nos vieux bistrots !



Bruno de Serbriant



CONTACT MAIL:

brunodeserbriant@ vieux-alcools-bistrot.fr
Rechercher
News
Les dernières bouteilles ajoutées :



Dernière mise à jour :
2017-11-14


Les dernières infos :
Les Editions LAFITTE-HEBRARD: un WHO'S WHO des vins et spiritueux (dernière édition en 1995) Cette collection n'a pas été jugée digne d'y figurer...

Depuis mai 2011, l'ABSINTHE d'avant 1915 renait. La thuyone, principe actif de la plante est à nouveau autorisée jusqu'à 35 mg par litre. La pinocamphone et la fenchone qui donnent à la boisson son goût caractéristique, sont aussi et sans limites, autorisées. Il était temps, les suisses monopolisaient le marché!


Près de 2000 BISTROTS ferment chaque année! Il en resterait aujourd'hui moins de 30 000 contre 500 000 en 1900, et encore 200 000 dans les années 60!
Entre 2009 et 2015, le nombre de cafés-restaurants a baissé de 25%. Seule l'Ile de France conserve ses bistrots.
En 2016, il reste très exactement 34669 bistrots en France...


L'appellation absinthe est désormais protégée par la Suisse. Une IPG Indication Géographique Protégée, protège ainsi les eaux-de-Vie portant les noms d'absinthe, Fée Verte ou La Bleue distillées dans la région de Val-de-Travers (Neuchâtel) qui produit 80% des absinthes suisses.
Les absinthes exclues de l'IPG seront interdites à la vente et à l'exportation!


Les vins, ALCOOLS et SPIRITUEUX, les cidres et poirés et les bières artisanales sont désormais considérés comme patrimoine gastronomique français.
texte de loi 2014 - 1170 paru le 13 octobre 2014.
La collection unique que vous découvrez sur ce site peut ainsi être considérée comme un morceau de notre patrimoine! A protéger.

C'est le 16 mars 1915, tout juste 100 ans, que le parlement français, sous la houlette de Raymond Poincaré, a voté une loi ''relative à l'interdiction de la fabrication, de la vente en gros et au détail, ainsi que la circulation de l'absinthe et des liqueurs similaires''.
Cet alcool fort était alors considéré comme toxique, alors que toutes les classes de la société, délaissant peu à peu le vin et les autres alcools, avaient succombé à la ''Fée verte''.



CETTE COLLECTION PEUT-ÊTRE LOUEE EN PARTIE OU EN TOTALITE POUR DES MANIFESTATIONS DE PRESTIGE.

INFOS:
ENVOYER UN E-MAIL RUBRIQUE CONTACT. brunodeserbriant@vieux-alcools-bistrot.fr