Historique - Gentianes
Du temps où l’Egypte et la Grèce étaient beaucoup plus arrosées qu’aujourd’hui, la plante de gentiane était répandue. On en trouve mention dans une médication établie par Pythagore.

Le roi Gentius d’Illyrie, qui vécut deux siècles avant JC, et qui considérait la plante comme un excellent médicament lui donna son nom.

Aux yeux des vignerons d’autrefois, la plante possédait la vertu qu’ils appréciaient par-dessus tout dans l’anis : son parfum violent et tenace. Or l’anis était rare et cher, on le réservait à des préparations à la fois médicinales et gastronomiques.

Pendant des siècles, les moines en ont fait de grands alcools, plutôt méconnus. L’essence de gentiane est fournie par la racine qui n’atteint une taille convenable qu’au bout de vingt ans. Racine profondément ancrée dans le sol et difficile à extraire l’été de sols arides de moyenne montagne.

Le caractère sauvage de la plante en limite la production.

Les gentianes d’Auvergne, comme la Salers et l’Avèze, ou la Suze du Jura sont les plus connues.

En 1795, Fernand Moureaux souhaitait fabriquer une boisson bénéfique pour la santé qui ne soit pas à base de vins, de qualités inégales selon lui. Il fit macérer des racines de gentiane pendant quatre ans dans de l’alcool avant d’ajouter d’autres plantes et du sucre et de procéder à une double distillation, puis la mise en bouteilles après filtration.

Il donna le nom de Suze à sa préparation dont la recette originelle serait Suisse, en hommage à sa belle-sœur Suzanne, éprise d’alcool de gentiane. La marque a été officiellement créée en 1889, et la Suze déclinée de différentes façons.
News
Les dernières bouteilles ajoutées :



Dernière mise à jour :
2017-10-08


Les dernières infos :
Les Editions LAFITTE-HEBRARD: un WHO'S WHO des vins et spiritueux (dernière édition en 1995) Cette collection n'a pas été jugée digne d'y figurer...

Depuis mai 2011, l'ABSINTHE d'avant 1915 renait. La thuyone, principe actif de la plante est à nouveau autorisée jusqu'à 35 mg par litre. La pinocamphone et la fenchone qui donnent à la boisson son goût caractéristique, sont aussi et sans limites, autorisées. Il était temps, les suisses monopolisaient le marché!


Près de 2000 BISTROTS ferment chaque année! Il en resterait aujourd'hui moins de 30 000 contre 500 000 en 1900, et encore 200 000 dans les années 60!
Entre 2009 et 2015, le nombre de cafés-restaurants a baissé de 25%. Seule l'Ile de France conserve ses bistrots.
En 2016, il reste très exactement 34669 bistrots en France...


L'appellation absinthe est désormais protégée par la Suisse. Une IPG Indication Géographique Protégée, protège ainsi les eaux-de-Vie portant les noms d'absinthe, Fée Verte ou La Bleue distillées dans la région de Val-de-Travers (Neuchâtel) qui produit 80% des absinthes suisses.
Les absinthes exclues de l'IPG seront interdites à la vente et à l'exportation!


Les vins, ALCOOLS et SPIRITUEUX, les cidres et poirés et les bières artisanales sont désormais considérés comme patrimoine gastronomique français.
texte de loi 2014 - 1170 paru le 13 octobre 2014.
La collection unique que vous découvrez sur ce site peut ainsi être considérée comme un morceau de notre patrimoine! A protéger.

C'est le 16 mars 1915, tout juste 100 ans, que le parlement français, sous la houlette de Raymond Poincaré, a voté une loi ''relative à l'interdiction de la fabrication, de la vente en gros et au détail, ainsi que la circulation de l'absinthe et des liqueurs similaires''.
Cet alcool fort était alors considéré comme toxique, alors que toutes les classes de la société, délaissant peu à peu le vin et les autres alcools, avaient succombé à la ''Fée verte''.



CETTE COLLECTION PEUT-ÊTRE LOUEE EN PARTIE OU EN TOTALITE POUR DES MANIFESTATIONS DE PRESTIGE.

INFOS:
ENVOYER UN E-MAIL RUBRIQUE CONTACT. brunodeserbriant@vieux-alcools-bistrot.fr